Challenges to Comprehension Implied by the Logo
of Laetus in Praesens
University of Earth

ler juin 2007 | Automatic translation from English

Célébrant le siècle institutionnel de l'UIA (1907-2007)

sénilité, immortalité ou réincarnation ?

--


Ce texte a été distribué sous forme d'un communiqué de presse le 1er juin 2007, l'occasion du centenaire de la création de l'UIA sous sa forme plus tôt comme comme Office central des associations internationales à Bruxelles. Les documents est structurés de sorte que des paragraphes puissent aisément être coupés pour des utilisations et des conditions particulières de longueur. L'information de fond peut en mesure par les liens et la fin du document. [original English; also automatic translations into German, Italian, Portuguese, Spanish]

Résumé: Discute de la vision originale d'une « Union des Associations Internationales » vieille d'un siècle et la nature et les défis du vieillissement institutionnel employant l'UIA comme modèle générale de beaucoup de telles initiatives internationales. Clarifie certains des « secrets » de la longévité et de la viabilité de l'UIA avant de soulever des questions quant à son identité et la nature de son "existence". Ses défis -- communs à beaucoup de vielles initiatives faisant face à une apocalypse institutionnelle dnas un 21ème siècle chaotique -- sont accentués afin de se soulever les possibilités de sa « réincarnation » a travers quatre initiatives dont la complémentarité est conforme à la vision originale. Celles-ci sont également décrites séparément comme Union des Associations Imaginatives, d'un Réacteur à fusion cognitif (ITER-8), d'une Université de la Terre, et d'une Union des Sages (se mettant en question).


Vision

Il y a un siècle, le 1er juin 1907, trois pionniers d'organisation internationale ont créé l'Office central des associations internationales à Bruxelles avec environ 20 associations internationales comme membres. Ceci a été transformé en 1910 en Union des Associations Internationales (UIA) -- actes imaginatifs extraordinairement audacieux aux débuts tôt de ce qui est maintenant une communauté internationale des milliers d'organismes gouvernementaux et non gouvernementaux. Les Co-fondateurs belges étaient Paul Otlet (1868-1944), Henri La Fontaine (1854-1943) et Cyrille Van Overbergh. Otlet a été étroitement associé au développement international des sciences bibliographiques de la classification, notamment la classification décimale universelle. La La Fontaine a été attribuée le prix de paix Nobel en 1913, et était plus tardive pour être étroitement associée au développement de la ligue des nations et du précurseur de l'UNESCO.

Otlet, plus tard décrit comme le « homme qui a voulu classifier le monde, » est maintenant identifié par des historiens comme après avoir été un premier visionnaire de ce que de devenir le World Wide Web était. Dans l'ère pré-ordinateur, à la crête de ses efforts avant la Première Guerre Mondiale, Otlet avait été responsable de l'accumulation et de la classification de 11 millions de cartes de dossier de bibliothèque (beaucoup de manuscrits). Dans cette période l'UIA a profilé, avec le détail beaucoup substantif, tous les organismes internationaux existants et leurs activités dans Annuaire de la Vie Internationale volumineux

Comme avec tout parent aimé -- et comme future perspective pour bon nombre d'entre nous -- comment est-il approprié de grêler la capacité d'un établissement comme l'UIA de survivre 100 ans ? Il existe toujours. Pendant des décennies il a notamment produit un Annuaire des organisationales internationales: guide des réseaux civils globaux de société dont le contenu est également rendu disponible au-dessus du Web, ainsi que les profils liés du Calendrier international du congrès, Qui est Qui dans des organismes internationaux, et l'Encyclopédie des problèmes du monde et du potentiel humain. Ceux-ci constituent maintenant un ensemble intégré de 13 bases de données profilant des entités telles que des organismes, des réunions, des biographies, des problèmes, des stratégies, et des valeurs.

La vision d'Otlet était d'apporter un degré d'ordre aux approches multiformes au développement humain et social et leurs conséquences pour la planète -- une contribution presumptuously optimiste à la possibilité de leur « coordination ». Il a en effet eu un rêve. En se développant au delà de son foyer bibliographique et d'organisation initial, l'UIA a alors continué à chercher des manières d'identifier, honorer et représenter le plein éventail des initiatives humaines et des préoccupations se manifestant d'une façon organisée à travers des frontières nationales -- en isolation et dans les réseaux complexes des rapports entre eux. Otlet lui-même a adressé le défi du « problème des problèmes » -- comme précurseur aux soucis suivants de beaucoup de futurologues.

Vieillissement

Quelque croyance à un, une puisse être enchantée par la variété improbable de tels efforts institutionnels -- beaucoup malade-se sont aussi apparemment adaptés, ridicule et mis en danger que quelques espèces animales en nature. Comme récipients pour des aspirations humaines, beaucoup peuvent être caricatured comme véhicules d'identité pour des moi -- hommes (OE) merveilleux dans des leurs machines institutionnelles de vol -- pour emprunter à une caricature célèbre du développement précoce de l'avion. D'une telle perspective un corps comme l'UIA peut être vu comme modèle exemplifiant les défis du vieillissement institutionnel, soulevant les questions qui pourraient jaillir soient demandées des établissements placés beaucoup plus grands et meilleurs qui deviennent de plus en plus « longs dans la dent », peut-être même les Nations Unies -- soi-même négligent des massacres, après et continu, cela elle a été spécifiquement conçue pour empêcher ?

Quels sont les symptômes du vieillissement institutionnel et quand elles tendent à émerger ? un certain âge mentalement tandis que toujours apparemment des jeunes ? Comment la perte de mémoire collective tend-elle à se manifester ? Comment fait un établissement faire face à la vision diminuée, à la perte d'audition, ou même à la capacité empêchée de la parole -- si ces défis sont même reconnus ? Est-ce que certains devraient être vus pour avoir besoin d'armatures de marche pour assurer un degré de mobilité ? Quand un établissement est-il un sujet d'inquiétude comme danger à lui-même, sinon à d'autres ? Au delà de la dépendance progressive à l'égard les dispositifs prosthétiques, est il une greffe d'organe qui peut être nécessaire de la survie -- un coeur, une tête, ou même une greffe de corps entier -- particulièrement ensuite après avoir été préservé « congelé » (cryogénique) ou « a mis en conserve » pendant une période prolongée des hubris ? Une forme de démence sénile est-elle à reconnaître, particulièrement quand n'importe quelle concordance est un sujet pour la surprise plaisante ? Quand être ce qui forme de la thérapie appropriée -- si médicament réparateur, ou pillules heureuses -- et comment leurs avocats vont-ils à distinguer des fournisseurs des breuvages magiques d'huile de serpent ? Et dans les phases finales quelle disposition est lui approprié pour se diriger vers le soin d'hospice ou l'appui de la vie -- et comment les questions de la dignité et de l'euthanasie vont-elles à adresser ?

Est-ce que plus grande, à long terme perspective, comment ceux liés à l'établissement distinguent les perspectives de la sénilité, l'immortalité, la réincarnation et le néant ? Qu'arrive à l'esprit vivant qui a inspiré la création de l'établissement et l'attachement de beaucoup à ses décennies finies d'opération ? Comment est-il à comprendre comme « se déplaçant sur », particulièrement quand beaucoup impliqués sont concentrés désespérément sur « accrocher sur » ? Comme aux éléphants dans la jungle, où de vieux organismes sont-ils assortis pour mourir ?

Pour l'UIA, confirmé par certains comme organisation modèle, à quel point modèle-t-elle beaucoup de dignes vieux établissements qui malade-sont adaptés au futur ? Tragiquement il y a le cas des UIA « un enfant de mêmes parents plus âgé », la Fédération internationale pour information et la documentation (FID), bien connues aux bibliothécaires, qui ont atteint son centenaire en 1995 mais maintenant seulement « existe » en état légal comateux.

Au-dessus d'un siècle chaotique, marqué par les niveaux uniques du conflit, du carnage et de la gestion mauvaise -- très probablement être replié en prochain siècle -- comment l'efficacité institutionnelle et intellectuelle est-elle déployée par les établissements internationaux à évaluer ? À cet égard, que pourrait être les leçons plus larges des succès et des échecs d'un corps comme l'UIA avec son foyer sur la gestion de la connaissance ? Des attitudes plus appropriées de satisfaction et d'optimisme plutôt qu'une espérance que de plus jeunes établissements pourrait acte sont-elles plus convenablement que leurs aînés ?

Survie

On peut en effet dire que L'UIA survit deux guerres mondiales qui ont notamment dévasté les structures institutionnelles en Belgique. L'appui du gouvernement belge avait cependant été retiré en 1934 laissant seulement un secrétariat essentiellement squelettique, personne à charge de manière significative sur des volontaires.

Les nazis ont brièvement essayé d'employer l'UIA comme avant. Avec l'avantage d'un legs de la La Fontaine, il a été alors reconstitué dans 1948 en tant qu'institut -- ensuite réalisation d'une mesure d'identification d'UN/ECOSOC en ce qui concerne son profilage des organismes. Il également a survécu l'effet suivant, notamment en Europe, des idéologies sociopolitiques de opposition de la guerre froide et de celle du conflit en grande partie caché entre les catholiques et « les penseurs libres » (des franc-maçons). Ceux-ci ont été exemplifiés par leurs partisan et vétérans honorables dûment représentés dans les corps statutaires d'UIA, vraisemblablement dans certains cas au nom des agences d'intelligence compétentes attentives de son allégeance en tant que ramasseur strageically placé d'intelligence. Formellement elle a tiré bénéfice du statut spécial accordé aux associations internationales en vertu de la loi belge. Mais quelle signification doit être attachée au fait que ses sécrétaires généraux impayés au-dessus de beaucoup de décennies ont été les ambassadeurs belges retraités ?

La Belgique est naturellement le pays du choix pour que de telles forces ombragées mutuellement de opposition co-existent et à s'épanouissent dans l'ambiguïté surréaliste -- décennies finies protectrices d'une place uniquement appropriée pour une chambre de compensation intransigeante de l'information sur des phénomènes internationaux. L'UIA également a survécu l'arrogance familière des fonctionnaires intergouvernementaux et de leurs programmes de déstabilisation -- certains à solliciter ironiquement comme membres de l'UIA suivant leur retraite.

Viabilité

Les théoriciens de gestion ont longtemps discuté les secrets de la longévité d'organisation. Comme demandé d'un parent de grand âge, quel était le secret du succès de l'UIA au-dessus de beaucoup de décennies marquées par une multitude d'autres échecs et faillites d'organisation ? Contrairement à beaucoup de corps, l'UIA n'a jamais été un destinataire idéal du placement de programme. Son foyer a été détail trop uncompromisingly international (plutôt que « sur le terrain »), interdisciplinaire (plutôt que de secteur ou de question), et terme (plutôt que d'assortir les conditions livrables des cycles et des modes de budget politiques à court terme).

Peut-être le dispositif le plus évident de son « secret » a été un haut-degré de discipline à long terme, une méthode datant de son association tôt avec les sciences de l'organisation de classification et de connaissance. Nécessairement l'assortiment de ceci était une capacité d'attirer et inspirer le personnel à long terme, en dépit des conditions de travail qui sont risibles aux professionnels de carrière dans des corps plus conventionnels. L'attraction a eu beaucoup à faire avec les préoccupations internationales et interdisciplinaires complètes de ses thèmes -- impossible dans les programmes fortement réduits en fragments des corps d'universitaire, commerciaux et intergouvernementaux, particulièrement une fois contraint par des ordres du jour idéologiques manifestes ou secrets et exécution financière.

Cependant, assurer à viabilité l'UIA pouvait produire des outils de référence de haute qualité qu'aucun autre corps ne pourrait produire uniformément au prix -- en dépit des efforts de déstabilisation occasionnels des projets politique-motivés. Cette professionnalisme a été marquée par une collaboration peu commune au-dessus des décennies avec un des éditeurs les plus en avant du monde des ouvrages de référence pour le marché de bibliothèque -- K G Saur Verlag (Munich), différemment acheté et vendu par des sociétés multinationales multinationales dans les affaires de l'information. La professionnalisme a été réalisée par un degré tôt et et exceptionnellement élevé d'automatisation pour augmenter les efforts des collaborateurs -- qui jamais n'a en nombre excédé quelques 20. Cette capacité de faire l'utilisation à court terme des technologies naissantes, à partir des réseaux internes aux serveurs à distance de Web, a assuré un avantage concurrentiel continu et la crédibilité, notamment en ce qui concerne le Web a basé la visualisation des réseaux complexes des organismes et de leurs préoccupations.

En outre essentielle à la survie de l'UIA était la capacité de contrôler des priorités apparemment incommensurables, si ceux des disciples des relations internationales, chargés d'études de marché (notamment dans l'industrie de conférence internationale), organismes intergouvernementaux défiés par des associations internationales -- ou ceux des associations sans but lucratif des volontaires. Ces interfaces, et la capacité « communiquent dans leurs langues », supplémentaires à sa réputation à long terme en sciences de l'information, reframed plus récemment comme gestion de la connaissance.

Symptomatique de ces compétences variées au cours des années a été: la première Printing World Award of Her Majesty's Stationery Office « pour l'application la plus innovatrice des ordinateurs à la composition » ; développement interne des équipements de traduction automatique pour convertir sa base de données d'organismes d'anglais en Français sous contrat en Agence de la Francophonie ; participation dans le projet sur des buts, des processus et des indicateurs du développement de l'université des Nations Unies ; évaluation des relations d'O.N.G. avec l'UNESCO au nom de l'UNESCO ; sollicitation par le directeur contracté du domaine de Web du .ORG d'ICANN à l'associé dans l'offre pour sa future gestion ; projet principal finançant à partir de la direction de l'UE pour que la société de l'information augmente l'adaptation multimédia des données d'UIA pour la biodiversité dans l'association avec la conservation du monde surveillant le centre ; et évaluation réussie par la banque mondiale pour l'adaptation de ses bases de données au développement international.

Identité

Le son donné multifacetted la nature, ce qui est exactement l'UIA ? Etant donné le statut juridique international problématique des organisations nonnes gouvernemental, à quel existant même « existe-t-il » ? Donné quelques décennies abruptes d'existence nébuleuse, et le manque de toutes les contributions financières de ses membres éminents, dans quelle mesure l'a a existé en tant que plus qu'un modèle des opérations entre les individus groupés dans un secrétariat -- au sujet de quelles questions de la responsabilité et de la gestion démocratique appropriée a pu être légitimement augmenté ?

Clairement c'est une organisation « sans but lucratif », ou peut-être -- donné sa dépendance à l'égard individu-placer comme information réussie « affaires » -- ceci devrait être reframed comme « non-pour-profiter ». L'ONU l'a efficacement défini comme forme d'enregistrement international de laquelle ses agences et d'autres ont dépendu -- particulièrement pour des statistiques à long terme. D'une part, donné sa position stratégique dans une société naissante de la connaissance, peut-être il devrait comprendre comme plus caractéristique des nombreuses initiatives virtuelles répondant aux occasions sur le Web -- particulièrement donné son expertise et agilité techniques. Et naturellement, au moins pour des disciples, il a pu comprendre comme constituant de la société civile internationale -- une O.N.G. dans le sens plus générique de la limite, particulièrement donné sa dépendance continue à l'égard l'engagement volontaire du personnel au delà de tous engagements contractuels.

Non spécifié, comme avec beaucoup de corps dépendants des contributions des collaborateurs au delà de l'appel du devoir, on pourrait dire que l'UIA est un écosystème des individus quelque peu idiosyncratiques depuis sa fondation dans 1907 comme Office central des associations internationales. C'était elles qui ont fait l'impossible de se produire où des organismes plus professionnels ont prudemment craint de marcher. Curieusement cette capacité dépendait surtout d'une capacité de se concentrer sur un à niveau élevé du détail, enregistrant des modèles des milliers de rapports entre les organismes, des problèmes, des valeurs, des stratégies et des semblables -- de processus un puits maintenant décrit comme édition d'hyperlien.

Défis

En dépit de ses accomplissements notables, et comme beaucoup d'autres organismes, l'UIA est sérieusement défié par l'environnement socio-économique turbulent de la société émergente de l'information dans laquelle le foyer a décalé des hiérarchies du passé, aux réseaux, sur les mondes virtuels de Cyberspace et de ses communautés dynamiquement à déchenchements périodiques. Beaucoup argueraient du fait que le Web s'avère être d'une plus grande importance de signification et de futur que les Nations Unies -- ralentir caractéristiquement en identifiant son potentiel, sinon de haute résistance à lui. Cependant, en dépit de l'agilité de l'UIA, il n'a pas pu maintenir son propre avantage stratégique. Dans le monde de Web, la signification opérationnelle de chacune des limites dans la « union des associations internationales » du rêve vieux d'un siècle d'Otlet réclame la réinterprétation radicale.

Pour avoir n'importe quelle pertinence, la « union » doit être comprise dynamiquement comme verbe concernant la concordance continuellement naissante. Beaucoup d'arrangements de « international » sont maintenant trompants ou non pertinents quand le défi a plus à faire avec ce qui peut être rendu « intelligible » à travers frontières sectorielles et autres en cours de gestion de la connaissance. Dans un monde d'organisation multimédia et virtuelle, de plus en plus dépendant sur la gestion d'image, des « associations » doivent être comprises en termes de connotations -- de préférence marqué par des hyperliens en tant que des voies et boucles de rétroaction de étude. C'est dans ce sens qu'un effort à reframing l'UIA l'a vu comme union des associations intelligibles -- convenablement sensible à l'un-intelligibilité d'un monde de plus en plus complexe.

Comme avec beaucoup d'établissements, les corps statutaires de l'UIA ont répondu au 21ème siècle, comme des lapins paralysés sur la route la nuit -- leur vision altérée par la lueur du futur onrushing. Windows d'occasion a été systématiquement manqué. Les luddites de l'information résistent à l'innovation nécessaire dans la communication aux fins de la prise de décision, qui retourne défensif aux modèles directifs dysfonctionnels du passé -- incapable d'envisager des processus plus appropriés pour obtenir l'appui et le placement essentiel. L'incompétence face à la complexité des défis engendre la négligence. Les structures implosent par suite des contradictions insoutenables. La maladie représentant un danger pour la vie est tragiquement engendrée dans ceux obligées d'internaliser l'effort dans « les établissements en difficulté ». Les parallèles avec la sénilité humaine deviennent toujours plus évidents.

Quelles formes plus appropriées d'organisation et d'action sont de plus jeunes corps à rentrer une période a de plus en plus défié par terrorisme -- peut-être comme manifestation tôt ombragée de nouvelles formes d'organisation et de changement social ? Un membre australien du personnel d'UIA, juge d'Anthony, sur sa retraite récente après environ 40 années de développer la capacité stratégique de ce corps, voit le défi en tant que partiellement un de reprendre l'héritage de l'effort collectif détourné -- détourné par ceux cherchant à perpétuer les modèles néo--colonialistes de la gestion mauvaise intéressée dans le défit des potentiels des initiatives de l'information d'ouvrir-source. Les insuffisances morales beaucoup-données de la publicité de la conduite intergouvernementale principale sont des indicateurs du défi.

Possibilités

Confronté aux analogues à la démence sénile, comment les nombreux établissements de vieillissement du 20ème siècle peuvent-ils transformer leurs rêves et inspirations en formes appropriées au 21ème siècle ? Dans un monde de plus en plus défié par gouvernement foi-basé, les crises incontrôlables, politique « étonne », et les espérances de l'apocalypse bientôt, ce qui pourraient être comprises en tant que « quatre cavaliers » d'une certaine apocalypse institutionnelle internationale ? Et que pourrait être les réponses convenablement réparatrices à la lumière du rêve d'Otlet ?

Est il un tel ensemble d'initiatives complémentaires -- une union des associations imaginatives, un réacteur à fusion cognitif, une université de la terre, et une union des pourquoi -- cela constituerait une réincarnation de l'union beaucoup-défiée des associations internationales, comme maintenant proposé ? L'esprit de l'UIA devrait-il être vu comme « après avoir été réincarné » plusieurs fois en siècle passé, comme avec la ligue de la « réincarnation » des nations comme Nations Unies ? Etant donné les défis complexes du futur, une telle complémentarité pourrait-elle reporter la flamme essentielle de l'inspiration originale d'Otlet ?


Références/contacts

Other resources: Windows on the Union of International Associations

Photographs: In addition to the documentary film (above), numerous photographs of Paul Otlet are available on the web.

creative commons license
this work is licenced under a creative commons licence.